Joan Miró – Peintre, Espagne

Joan Miró (Barcelone 1893 – Palma de Majorque 1983)

Joan Miró se met à la peinture très jeune, dès l’âge de huit ans. Il expose ses premières toiles en 1918 et s’installe à Paris dès 1920. En 1922, Jean Dubuffet lui laisse son appartement. A Paris, Miró rencontre des peintres, des écrivains, des poètes qui deviennent ses amis. Il fréquente beaucoup de poètes « J’ai senti que j’avais besoin de dépasser la peinture pour me rapprocher de la poésie (…). La poésie m’intéressait par-dessus tout » Joan Miró. C’est ce qui l’a mené à créer ses peintures-poèmes. D’où le titre de l’exposition qui fait allusion à sa peinture-poème « Ceci est la couleur de mes rêves ».

C’est à Paris, en 1922, qu’il vend sa première toile d’importance « La ferme » qui est l’œuvre principale de l’époque dite « détailliste », à Ernest Hemingway, pour 5 000 francs.

Miró a revendiqué tout au long de sa vie une totale liberté créatrice, et a refusé les carcans cubistes, surréalistes ou abstraits. S’il s’est rapproché, un temps, du surréalisme, Miró n’est pas un surréaliste pour autant.

Dans de nombreux entretiens des années 1930, Miró disait vouloir abandonner les méthodes conventionnelles de la peinture pour — selon ses propres mots — « les tuer, les assassiner ou les violer ». « Je voulais avant tout une liberté absolue et totale. » Joan Miró

Pour décrypter son style, il faut des clés. L’artiste a inventé son propre vocabulaire, ses symboles, son écriture.

Toutes les gravures exposées à la galerie Murmure datent des années 70/80. Durant cette période, Miró dessine avec une spontanéité proche du style enfantin. Les traits épais sont faits avec de la couleur noire, et ses toiles sont pleines de peintures qui rappellent toujours les mêmes thèmes : la terre, le ciel, les oiseaux, la femme, l’enfant, la maternité ou encore les astres. Dans sa conception, la lune représente la féminité, et le soleil, l’être masculin. Les étoiles font référence au monde céleste, les personnages symbolisent la terre et les oiseaux sont l’union des deux.

« On trouve très souvent des étoiles dans mon œuvre parce que je me promène souvent en pleine nuit, je rêve de ciels étoilés et de constellations, cela m’impressionne et cette échelle de l’évasion qui est très souvent mise en valeur dans mon œuvre représente une envolée vers l’infini, vers le ciel en quittant la terre. » Joan Miró

Miró reste fidèle à sa technique de base, qui est de séparer le fond des événements qui s’y déroulent. Derrière, il y a l’écran plat, taché de n’importe quelle couleur. C’est le fond de la mer, le ciel ou la nuit claire.

Il n’a cependant jamais donné de lecture précise à ses œuvres. Elles étaient interprétables à la liberté de chacun. Si quelqu’un y voyait un oiseau, alors c’en était un, si l’on y devinait une forme particulière, Miró abondait dans notre sens !

Dans sa villa conçue par son ami l’architecte Sert en 1956, il y a une salle de méditation où sont accrochés des portraits de ses parents et de son ami Picasso. Il s’y recueille et y médite très souvent. Il fait alors le vide dans ses tableaux (par exemple Bleu I, Bleu II et Bleu III…).  Après avoir réalisé un fonds, Miró applique avec la prudence des signes minimalistes : lignes, points aux coups de pinceau. Il veut provoquer de l’émotion avec un minimum de moyen.

 

« J’ai mis beaucoup de temps, pas à les peindre, mais à les méditer. Il m’a fallu un énorme effort, une énorme tension intérieure pour arriver au dépouillement voulu. » Joan Miró

Miró était un travailleur acharné, « Je me repose en changeant de travail. Je fais de la sculpture, par exemple, quand j’ai beaucoup peint. Je travaille plus que jamais. J’ai acheté à une cinquantaine de mètres de chez moi une grande maison du XVIIe siècle, et j’en ai fait un nouvel atelier. Dans l’écurie, je fais aménager un atelier de lithographie et, dans la lingerie, un atelier de gravure. Des fois, je pousse des cris en travaillant, comme un animal, ou comme un mystique. Je ne prends jamais de vacances. Si je ne travaille pas, je perds l’équilibre. »

Il étonne ses amis par la propreté méticuleuse de son atelier. Un ordre parfait y règne. Il y a une place tangible pour la gomme, une autre pour les crayons. Chaque soir, les pinceaux sont lavés et rangés avec soin.

  • Barcelone 1893 – Palma de Majorque 1983
  • Origine: Espagne
  • Art: Peinture, Lithographie, Gravure

Retrouvez tous les artistes de la galerie

Michel Cornu – Peinture, Gravure, Dessin

Michel Cornu – Peintures – Dessins

Rose-Marie Crespin – Sculpture – Collage – Céramique, France

Rose-Marie Crespin – Sculptures – Collages – Céramiques

Joan Miró – Peintre, Espagne

Joan Miro – Artiste espagnole

Patrick Grundmann – Peintre, France

Patrick Grundmann – Artiste Peintre

Vinça Monadé – Peintre, France

Vinça Monadé – Artiste Peintre – Gravure – Sérigraphie

Fernand d’Onofrio – Peintre, Photographe, France

Fernand d’Onofrio – Photographe – Peinture

Louis Stettner – Photographe, États Unis

Louis Stettner – Photographe

Michel Handschumacher – Photographe, France

Michel Handschumacher – Photographe

Jérôme Pergolési – Artiste photographe

Jérôme Pergolési – Artiste Photographe – Peintre

Rainer Gross – Artiste sculpture , photographie – Belgique

Rainer Gross – Artiste: Sculpture, Photographie

Yolaine Wuest – Artiste peintre, France

Yolaine Wuest – Artiste peintre

Hans Hartung – Artiste peintre , graveur – France

Hans Hartung – Artiste peintre, graveur

Max Ernst – Artiste peintre , sculpteur, poète – France

Max Ernst – Artiste peintre, graveur,sculpteur,poète

Antoni Tàpies, artiste Catalan

Découvrez ou redécouvrez Anton TAPIES, artiste Catalan de renommée internationale dont les oeuvres, peintures et gravures, sont marquées par le surréalisme.

Matthieu Poli, artiste plasticien et numérique France

Matthieu Poli – Artiste Plasticien et numérique

Eduardo Chillida, Artiste Basque

Eduardo Chillida, né en 1924 au Pays basque espagnol est mort en 2002. C’est un sculpteuret un graveur. De 1943 à 1947, il a fait des études d’architecture à l’université de Madrid. En 1947, il a  suivi des cours de dessin et a commencé à sculpter. Il expose à Paris dès le début desannées 1950 et s’installe au Pavillon Espagnol de la Cité Universitaire. Il y fait la connaissance de Brancusi et des peintres et sculpteurs espagnols dont Antoni Tàpies.

Daniel Reymann, artiste peintre

 Daniel Reymann   Artiste colmarien Daniel Reymann est né peintre. « Enfant, je passais des heures à observer les reflets de lumière dans un verre d'eau. Je m'émerveillais de la forme des taches de café sur la table, de leurs dégradés délicats. Je cherchais des dragons et des chevaliers dans les motifs des carrelages aux formes [...]

Joseph Bey, sculpteur, peinture

Joseph Bey né à Mulhouse en 1955, a déjà participé à de nombreuses expositions en France comme à l’étranger : Mulhouse, Saint-Louis, Colmar, Strasbourg, Paris, Bâle, Tokyo… Il ne cesse jamais de créer, peignant avec toujours plus d’ardeur et sculptant des matériaux multiples pour forger des œuvres aux tailles variées. Il garde un style qui lui [...]

Pierre Muckensturm, peintre, sculpteur et graveur

Artiste colmarien, Pierre Muckensturm est né en 1970 à Strasbourg. Sa notoriété dépasse les frontières nationales. Ses œuvres sont diffusées en France, mais aussi en Belgique, en Allemagne, en Scandinavie, en Angleterre et aux Etats-Unis.

Frédéric Klein, gravure et peinture

Frédéric Klein est un artiste français né en 1970.  Peintre et graveur de formation autodidacte, il a un côté cartésien qu’il exprime dans ses productions artistiques au travers de l’approche du nombre d’or. Ses œuvres se font l’écho d’un équilibre aérien où les lignes se répondent selon la proportionnalité idéale du nombre d’or.